Press Room

Les athlètes professionnels ont besoin du partenaire d'assurance parfait

Nous avons eu le plaisir de nous entretenir avec Greg Van Avermaet, coureur cycliste professionnel sur route belge, champion olympique sur route Rio 2016, vainqueur de Roubaix, qui fait actuellement partie de l'équipe CCC. Découvrez pourquoi Greg a choisi une assurance-accidents spécifique, comment il est entré en contact avec Concordia et combien il est crucial pour lui de travailler avec un bon partenaire en assurance.
 

1. Parlez-nous un peu de vous :

- Votre passé en tant que joueur de football

Dans ma jeunesse, j'ai toujours été un enfant actif. Comme beaucoup d'autres garçons en Belgique, j'ai commencé à jouer au football dès mon plus jeune âge. Je n'avais que cinq ans quand j'ai commencé au Diablotins de VK Hamme.  Au début, j'ai commencé comme milieu de terrain, et à 11 ans, je suis devenu gardien de but. Comme je n'étais pas mauvais au but, j'ai été remarqué par Beveren. J'ai continué à y jouer jusqu'à l'âge de 18 ans. A cette époque, j'étais vraiment attiré par le football.  Aujourd'hui, certes, j’ai peu de temps libre pour tout suivre de près, mais je ne louperais en aucun cas un matche des Diables rouges si je suis chez moi.

- D'où vient votre passion pour le cyclisme ?

Disons que j'ai une passion pour le sport en général. J'aime voir un athlète qui, dans sa discipline, franchit les frontières sportives. L'amour du cyclisme m'a été inculqué dès mon plus jeune âge. Tout petit, j'étais fasciné par les histoires de mon grand-père, Kamiel Buysse, qui a participé au Tour de France dans les années 50. Mon père Ronald était aussi cycliste professionnel au début des années 80. Bien que j'étais un peu trop jeune pour vivre consciemment sa carrière active, je l'ai toujours admiré. En 1980, il participe aux Jeux Olympiques de Moscou. Cela peut paraître étrange, mais c'est aussi pour cela que j'ai éprouvé encore plus de satisfaction en remportant la médaille d'or à Rio. Rien qu’en étant présent aux Jeux Olympiques,  je suivais ses traces. Il ne me blâmerait pas si je disais que j'ai fait encore mieux (rires)...

- Quel a été votre plus bel instant en tant que jeune cycliste ?

Il est difficile de déterminer un moment précis. Lorsque j’ai réalisé que la transition du football au cyclisme s'est faite aussi rapidement et que je pouvais participé à la victoire, j’ai immédiatement ressenti une bonne impression. Cela m'a aussi motivé à travailler encore plus dur. Si je devais faire un choix, je choisirais mon titre de promesse belge en 2006 à Charleroi.

- Quel est votre plus bel instant en tant que cycliste professionnel ?

Mon meilleur souvenir en tant que cycliste professionnel est la victoire à Rio, devenir champion olympique était quelque chose que je pensais hors de portée. Je pouvais encore me surpasser ce jour-là.

2. Pensez-vous que le cyclisme est un sport sûr en général ? Dans quelle mesure pensez-vous aux risques que vous prenez quotidiennement en tant que cycliste ? Pensez-vous également aux conséquences (financières) qu'un accident grave peut entraîner ?

En tant que cycliste, vous ne pensez que rarement ou jamais aux risques que vous prenez en course. Vous vous concentrez sur la compétition et sur vos concurrents. Ce n'est qu'après une course que l'on s'arrête parfois pour réfléchir aux risques encourus.  Malheureusement, ce n'est qu'après la chute d'un collègue que l'on se rend compte à quel point nous sommes parfois vulnérables.

Les mesures visant à promouvoir la sécurité routière en général entraînent parfois des dangers supplémentaires pour nous, les cyclistes. Un organisateur travaille en ce moment déjà mieux que d'autres, même si nous ne nous en plaignons pas en Belgique. Plus vous vieillissez, plus vous réalisez qu'une chute grave peut avoir de sévères conséquences pour votre famille et vos finances.

3. Pour quelles raisons avez-vous choisi une assurance-accidents spécifique pour répondre à vos besoins en tant qu'athlète professionnel ?

Il est important d'être bien informé des risques et des conséquences dans l'hypothèse d'un événement grave. Adressez-vous aux bonnes personnes. Ils vous expliqueront votre situation concrète. Car apparemment, le cas varie d'un cycliste à l'autre. J'ai appris que je devais tenir compte de la sécurité sociale, des assurances au niveau de l'équipe et des polices personnelles qui contiennent parfois des exclusions pour les athlètes professionnels. En tant qu'athlète, il est presque impossible de découvrir tout cela soi-même. Le partenaire d'assurance idéal est donc essentiel.

4. Qu'est-ce qui vous a empêché de vous assurer en cas d'accident par le passé ?

Il y a un certain nombre de raisons. Vous devez analyser votre situation sur une base annuelle. Les politiques adoptées au niveau de l'équipe peuvent varier d'une année à l'autre et votre cas peut donc être complètement différent.

De plus, au sein du peloton, il y a une tendance générale, et on y accorde de plus en plus d'importance. La quantité d'administration à gérer pourrait en surprendre plus d'un.

Il y a aussi les frais, bien qu'à mon avis, le coût ne compense pas les conséquences désastreuses possibles dans le cas où vous devriez mettre fin prématurément à votre carrière cycliste en raison d'un accident ou d'une maladie. Je le recommande à tous les jeunes cyclistes. Après tout, en tant qu'athlète, vous investissez dans votre carrière. Construire un plan de secours pour quelque chose qui pourrait mal tourner, est indispensable, à mon humble avis.

5. Comment êtes-vous entré en contact avec Concordia ?

Je connais Concordia par l'entremise de Peter Van Petegem, qui y travaille comme directeur du développement des affaires. Après sa carrière de cycliste, Peter a commencé à travailler dans le secteur de l'assurance. Il est la personne idéale pour lier son expérience de cycliste aux besoins qui existent dans le domaine de l'assurance. Concordia se concentre sur les produits spécialisés et trouve les bonnes entreprises.  Ces entreprises ont le savoir-faire car elles sont actives depuis des années dans le secteur sportif.

6. Trouvez-vous important de collaborer avec un bon partenaire d'assurance ?

Absolument. En tant que cycliste, vous construisez un réseau fiable autour de vous.  Les membres de votre équipe comprennent des entraîneurs, des concierges, des mécaniciens, etc. à des personnes qui ne sont pas au quotidien dans ou à proximité du peloton, mais qui connaissent ce secteur. J'aime être guidé par des spécialistes. Si vous exigez ce qu'il y a de mieux en termes de formation, de nutrition, de matériel, etc., pourquoi ne pas avoir besoin de vous entourer du meilleur partenaire assureur.

7. Si vous souhaitez recommander Concordia et notre assurance accident à d'autres athlètes de haut niveau, que diriez-vous ?

Je recommande tout particulièrement aux jeunes cyclistes de veiller à leurs assurances dès le début de leur carrière. Quand on a 23 ans, tout cela peut sembler lointain, mais les risques sont les mêmes. Malheureusement, je connais des cyclistes qui ont dû interrompre leur carrière à cause d'un accident majeur ou d'une malformation cardiaque. Je leur recommande fortement de se renseigner et d'avoir une idée claire de leur situation. Par la suite, il est essentiel de faire appel à des spécialistes dans leur profession. Pour moi, il est certain qu'une assurance accident est une nécessité.

Chez Concordia, nous savons ce que signifie être le meilleur, c'est pourquoi nous offrons des solutions sur mesure pour répondre aux besoins spécifiques des athlètes professionnels, des équipes sportives, des fédérations et des organisations d'événements sportifs. N'hésitez pas à contacter notre équipe sportive dès aujourd'hui.

We insure and manage, so you can perform. 

Partagez l'article

Contactez-nous

Notre équipe est toujours prête à vous écouter, à répondre à vos besoins et ambitions. Contactez-nous dés aujourd'hui. Nous sommes ravis de vous aider !